L'Algérie au sein de l'OPEP

L'Algérie et l'OPEP

 

L’Algérie a adhéré à l’OPEP en 1969, qui fut crée en 1960.  Dès son adhésion, notre pays a joué un rôle actif au sein de  l’Organisation.

Malgré son poids relativement modeste en termes de réserves et de production de pétrole [1] , l’Algérie a eu à jouer un rôle important et parfois décisif, dans les décisions et orientations de l’OPEP.

En 1974-75, le Secrétaire Général de l’OPEP, fut l’Algérien Abderrahmane Lamine Khene.

C’est à Alger qu’eût lieu le premier sommet des Chefs d’Etat de l’OPEP, en mars 1975, où fut notamment réaffirmé le principe de souveraineté des pays producteurs sur leurs ressources naturelles.

Le 1er sommet avait aussi permis, une année plus tard, la création du Fonds de l’OPEP pour le développement international. Ce fonds accorde des prêts à des conditions préférentielles -aussi parfois des dons- pour les pays les moins avancés.

L’Algérie a eu à accueillir à plusieurs reprises la réunion de la Conférence des ministres de l’OPEP. La dernière en date fût celle de décembre 2008, où la Conférence a tenu une réunion extraordinaire à Oran.

Les Ministres algériens de l’énergie ont assuré à plusieurs reprises la Présidence de la Conférence, dont les plus récentes furent celles de M. Yousfi (1998-1999) puis M. Khelil (2001 et 2008).

Depuis octobre 2010, l’Algérie est membre du Comité de Surveillance du marché pétrolier « MMSC». Constitué d’un nombre réduit de ministres, dont M. Yousfi, ce Comité est chargé d’évaluer la situation du marché et de soumettre ses conclusions à la Conférence.

L’Algérie produit un pétrole brut (le Mélange Saharien) de très bonne qualité, avec une très basse teneur en soufre et ayant une faible densité. Son raffinage permet d’extraire, avec des rendements appréciables des produits légers, comme l’essence et le gasoil, bien valorisés sur le marché international.

La capacité de production de pétrole brut du pays est d’environ 1,4 mb/j. Producteur moyen au sein de l’OPEP, notre pays se place au 10ème rang devant le Qatar et l’Equateur.

L’Algérie produit depuis janvier 2009 environ 1,2 mb/j, en conformité avec le quota qui lui a été alloué par la Conférence des ministres, lors de sa réunion du 17 décembre 2008 à Oran.

Par son attachement à l’OPEP, l’Algérie contribue au renforcement de la mission de cette dernière qui consiste à «coordonner et unifier les politiques pétrolières de ses pays membres et assurer la stabilité des marchés pétroliers afin de sécuriser, d’une manière efficiente, économique et régulière, l’offre en pétrole au consommateurs, un revenu stable aux producteurs et une rémunération du capital équitable pour ceux qui investissent dans l’industrie pétrolière », telle que définie dans les Statutsde l’Organisation.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

[1]  A noter que le condensat et les autres liquides de gaz naturel, dont l'Algérie est l'un des plus grands producteurs, ne sont pas inclus dans le système de quotas OPEP.

Site web:  http://www.opec.org 



Hydrocarbures  |  Energies  |  Mines   |  Patrimoine E&M   |  R-H & Formation